Lacoste envisage d'agrandir son entrepôt de Buchères, des emplois à la clef ? | Canal32

Lacoste envisage d'agrandir son entrepôt de Buchères, des emplois à la clef ?

  Publicité - Votre article ci-dessous
Logo Canal 32

Canal 32 - Lacoste envisage d'agrandir son entrepôt de Buchères, des emplois à la clef ?Canal 32 - Lacoste envisage d'agrandir son entrepôt de Buchères, des emplois à la clef ?

Diffusion le 19/07/2018


Lacoste prévoit d'étendre son implantation à Buchères : objectif : "développer et moderniser son outil logistique Troyen". 


D'après la marque, il s'agit de "faire face à la croissance de son activité". Concrètement, ce nouvel entrepôt logistique permettra de mieux gérer le flux de produits, mais "également la réintégration sur le territoire national de flux aujourd’hui gérés à l’étranger" (l'activité chaussures, d'après l'enquête publique).


Lacoste explique que "dans la continuité des recrutements effectués sur nos métiers traditionnels de la bonneterie, de la teinturerie et de la confection, ce nouveau projet illustre la volonté de l’entreprise de consolider ses activités industrielles et logistiques sur le territoire Aubois. Nous ambitionnons une mise en service en début d’année 2020."


Un dossier d'enquête publique déposé auprès de la Préfecture de l'Aube permet d'en apprendre davantage sur les projets de la société Lacoste, sur le Parc Logistique de l'Aube, à Buchères. Il s'agirait d'une extension de la plateforme logistique actuelle. Elle devrait se situer au nord du bâtiment existant (de 18 500 m2) construit en 2014.


C'est la SARL Solodi qui est en charge de ce dossier pour le compte du groupe Devanlay. En effet, Solodi s'occupe du « stockage, de la préparation des commandes clients et de la distribution des articles jusqu’aux clients finaux ».


De fait, cette extension aurait pour but de désaturer le site troyen, ce que ne permet plus de faire le bâtiment existant déjà sur Buchères, trop petit pour transférer tous les stocks nécessaires. En effet, d'ici 2020, Lacoste prévoit une « croissance des activités déjà gérées par Solodi (textile, maroquinerie, e-commerce) », mais aussi « une réintégration de l'activité chaussures depuis la Grande-Bretagne ». Les prévisions du nombre de pièces expédiées sont mentionnées : « 2017 : 18 millions ; 2020 : 24 millions ; 2025 : 33 millions ».


Côté emploi, le document stipule : « L’établissement SOLODI compte à ce jour environ 40 personnes. Avec ce projet, l’effectif atteindra 350 à 400 personnes. »« Le personnel qui exploitera les nouvelles cellules sera pour partie issus de SOLODI 1 [le site troyen, ndlr] dont les activités seront transférées et pour partie constitué de nouveaux embauchés. Le personnel actuel est parfaitement familiarisé avec le fonctionnement d’une telle plate-forme de stockage comme sur les autres sites. Le personnel qui sera recruté le sera pour ses compétences et son expérience dans ce domaine d’activité ou des domaines similaires. » La marque n'a pour l'instant précisé aucune échéance de recrutement, ni le nombre de postes éventuellement créés.


La société propriétaire du terrain et du bâtiment existant (Logiprime Europe) serait en charge de la construction de l'extension. L'extension devrait être réalisée sur un terrain d'environ 95 000 m2, portant l'ensemble de la surface à presque 163 000 m2. Le bâtiment, lui, devrait comprendre trois cellules d'activités logistiques soit une construction au sol de plus de 37 000 m2.


L'enquête publique concernant l'impact environnemental de l'installation est ouverte jusqu'au 10 août inclus. A noter que le commissaire enquêteur sera présent pour recevoir les doléances du public à la mairie de Buchères, le 24 juillet de 10h à 12h30 et le 10 août de 14h à 16h.


Images : archives


Pour revoir notre reportage sur la première extension et ses motivations, c'est ici.