Attentats en Espagne : des Aubois sur place | Canal32

Attentats en Espagne : des Aubois sur place

  Publicité - Votre article ci-dessous
Logo Canal 32

Canal 32 - Attentats en Espagne : des Aubois sur place

Diffusion le 18/08/2017


Après l’attente vient le soulagement… Quelques heures après les attentats de Barcelone et de Cambrils, l’heure est à l’accalmie. Les deux cités accueillent, durant cette période, de très nombreux touristes. Parmi eux, des Aubois. À Cambrils, ce sont notamment des judokas aubois qui étaient présents, proches des lieux de la seconde attaque jeudi (1 mort et 6 blessés). Ces jeunes sportifs font partie d’un stage organisé par le Troyes Aube Judo. Rapidement, via les réseaux sociaux notamment, des nouvelles rassurantes ont été données. Joint par Canal 32, Kevin Batista, l’un des encadrants du club a précisé : « notre équipe va bien. Un des entraîneurs étrangers est à l’hôpital. Il aurait reçu des éclats de balle dans le pied ».


 


Une réunion s'est tenue en fin de matinée pour faire le point sur la situation : "Nous nous sommes posés la question longtemps si nous devions prendre le "risque" de poursuivre le stage ou non et c'est à l'unanimité que nous avons décidé de poursuivre le stage. Les autorités sur place ont autorisé les organisateurs à maintenir le stage jusqu'à dimanche" précise l'accompagnateur du groupe aubois (avec Alexis Meslier). Une minute de silence a, par ailleurs, été observée ce vendredi matin.


 


Ce jeudi soir, les stagiaires n'ont pas assisté à l'attaque survenue dans cette localité de Cambrils : "Avec Alexis, nous avions pris la décision de rester à la villa et de ne pas sortir en raison des attentats de Barcelone". Le stage regroupe plus de 300 judokas (France, Grande-Bretagne, Suisse, Géorgie...) dont 7 stagiaires aubois (et leurs 2 encadrants).


 


Vincent lui, est concerné par l’attentat de Barcelone (au moins 13 morts), sa fille de 20 ans (accompagnée par sa mère et ses petits frères) était proche des Ramblas lorsque la camionnette a foncé dans la foule. Il raconte les minutes d’angoisse « j’ai reçu un SMS de ma fille à 17H10 me disant : « avant que tu ne l’apprennes à la télévision, il y a eu une attaque… ». Inquiet, je l’ai immédiatement appelé. Elle m’a vite rassuré avant de raccrocher car elle devait se mettre à courir. J’ai mis 3 minutes avant de pouvoir la joindre à nouveau, les trois minutes les plus longues de ma vie. Elle m’a vite précisé que le groupe était à l’abri dans un restaurant, où il a attendu 30 minutes avant de prendre le bus ». Ce vendredi, la jeune auboise et sa famille resteront à l’hôtel.


 


Photo : Facebook du Troyes Aube Judo.