Faux papiers, travail dissimulé dans les vignes... Des ouvriers viticoles vietnamiens arrêtés | Canal32

Faux papiers, travail dissimulé dans les vignes... Des ouvriers viticoles vietnamiens arrêtés

  Publicité - Votre article ci-dessous
Logo Canal 32

Canal 32 - Faux papiers, travail dissimulé dans les vignes... Des ouvriers viticoles vietnamiens arrêtés

Diffusion le 29/05/2020


La Gendarmerie de l’Aube communique, ce vendredi soir, sur une affaire de faux papiers et de travail dissimulé dans les vignes de Champagne. Tout est parti d’un "signalement de la préfecture de l’Aube concernant la réception mi-mai 2020 par ses services, de faux documents de séjours, pour l'embauche de ressortissants vietnamiens comme ouvriers viticoles pour la période de palissage dans les vignes". Une procédure a été ouverte par la brigade de recherches de Bar-sur-Aube et le Comité Opérationnel Départementaux Anti-Fraude. Mardi, une opération judiciaire d’ampleur a été déclenchée sur une parcelle de vignes de Balnot-sur-Laignes : "en action de travail dans les vignes, douze personnes d'origine vietnamienne sont contrôlées, identifiées et placées en garde à vue pour usage de faux document administratif".


 


La Gendarmerie précise que "lors de ce contrôle, plusieurs autres ouvriers viticoles vietnamiens sont également placés en garde à vue dans le cadre de travail dissimulé. Les investigations menées sur place permettent d'identifier un individu lui aussi d'origine vietnamienne, qualifié de "facilitateur" car organisant les embauches, le transport et l'hébergement." Mardi soir, les gardes à vue de 19 ouvriers agricoles en situation irrégulière ont été levées. Ils ont reçu une obligation de quitter le territoire. Le "facilitateur" reste aux mains de la justice. A son dossier s’ajoute l'hébergement collectif des ouvriers viticoles dans une de ces propriétés, dans des conditions "indignes".


 


 


La Gendarmerie conclue son communiqué en précisant que "L'exploitation des différentes auditions confirme des entrées clandestines en France, avec des sommes versées aux passeurs comprises en 15 000 et 20 000 dollars".


 


Photo : Gendarmerie de l'Aube.




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur.