Enfant de 5 ans retrouvé mort dans la Meuse : le père aubois écroué. | Canal32

Enfant de 5 ans retrouvé mort dans la Meuse : le père aubois écroué.

  Publicité - Votre article ci-dessous
Logo Canal 32

Canal 32 - Enfant de 5 ans retrouvé mort dans la Meuse : le père aubois écroué.

Diffusion le 18/10/2017


L’information a été publiée par l’Est Républicain, ce mercredi après-midi : un Aubois de 42 ans a été mis en examen pour le meurtre, dans la Meuse, de son fils de 5 ans. Il a été écroué au centre pénitentiaire de Maxéville. En août dernier, le fait-divers avait provoqué l’émoi. Une voiture, immatriculée dans l’Aube, avait été retrouvée, presque entièrement immergée, par des pêcheurs à la hauteur de Mouzay. Dépêchés sur place, gendarmes et pompiers ont secouru le conducteur du véhicule, un homme originaire de Ville-sous-la-Ferté (et qui devait se marier deux jours plus tard en Haute-Marne). Par contre, ils n’avaient rien pu faire pour son enfant de 5 ans qui était à l’arrière du véhicule. Ce dernier avait également été sorti de l’habitacle mais n’avait pas pu être réanimé.


Une autopsie du corps du jeune garçon avait été réalisée par l’institut médico-légal de Nancy. Le rapport de cette autopsie a mis en évidence, selon le procureur de Nancy : « l’absence d’eau dans la trachée et dans l’estomac ce qui laisserait supposer que l’enfant était déjà décédé au moment où la voiture était immergée dans l’eau et que le décès ne serait pas consécutif à une mort par noyade ». Des analyses complémentaires doivent être pratiquées pour apprécier les causes et les circonstances du décès avec certitude.


Toujours selon l’Est Républicain, le père de famille aubois, maître des écoles, a affirmé aux enquêteurs « que son fils était décédé accidentellement à son domicile par une noyade dans une baignoire, la découverte du corps l’ayant convaincu de se donner la mort en se rendant jusqu’à la Meuse pour s’y suicider ». Des éléments qui ne correspondent pas aux résultats du rapport d’autopsie…


Après les faits, l'Aubois avait été placé, d’office, en soins psychiatriques. Il est donc, désormais, derrière les barreaux. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.