Les défenseurs des pigeons dénoncent les méthodes troyennes. La mairie réfute. | Canal32

Les défenseurs des pigeons dénoncent les méthodes troyennes. La mairie réfute.

  Publicité - Votre article ci-dessous
Logo Canal 32

Canal 32 - Les défenseurs des pigeons dénoncent les méthodes troyennes. La mairie réfute.

Diffusion le 08/06/2016


Le reportage de Canal 32 consacré à la campagne de régulation des pigeons n'a pas laissé insensible ses défenseurs. L'association "l'ambassade des pigeons" est montée au créneau pour dénoncer les méthodes qu'elle juge indignes.


 


Pour l'association, les pigeons envoyés dans un laboratoire de région parisienne (pour y être stérilisés) ne sont pas anesthésiés (la mairie assure vivement le contraire). L'ambassade des pigeons souhaiterait que le conseiller municipal chargé du dossier, Philippe De Faup, soit "confronté à des vétérinaires aviaires ou des vétérinaires aptes à lui dire ce qu'ils pensent de telles "inexactitudes"... ".


Pourtant les défenseurs des pigeons, il existe des solutions éthiques, peu coûteuses et durables, telles celles de pigeonniers municipaux.


En avril dernier, avant le coup d'envoi de la campagne de stérilisation : l'association avait adressé un courrier au maire et ses adjoints autour des méthodes employées. Voici quelques extraits : 


"Je tiens à attirer votre attention sur le fait que ce n'est pas parce qu'un "outil" ou une "méthode" sont encore décrètés "conformes" qu'ils ne peuvent pas très vite ne plus l'être, grâce à des représentants de la protection animale, des vétérinaires qui, malgré leur obligation de réserve se sont prononcés CONTRE les stérilisations chirurgicales sans anesthésie des organes internes, non pratiquées par des vétérinaires. Tous s'accordent à parler de cruauté et d'inutilité puis tous ils insistent sur la mortalité évidente, surtout chez les pigeonnes, lors de telles opérations que se propose de faire l'entreprise que vous avez appelée. Il est, selon nous, scandaleux de désinformer les Troyens, les administrés, à ce sujet, de leur faire croire que "nous" exagérons. Nous sommes extrêmement nombreux à protester vis à vis de la banalisation de telles souffrances induites et non rendues publiques, Monsieur le Maire.


Le peu de résultats en terme de diminution de naissances doit absolument être mis en relation avec le nombre de nuisances qui, lui, ne diminuera pas et les souffrances occasionnées, sans oublier la mortalité d'un grand nombre de pigeons lors de ces stérilisations à vif. En 2004, la SACPA annonçait qu'elle perdait 15% des pigeons lors de ces stérilisations, littéralement parlant barbares selon une très grande majorité de personnes informées


...


Nous contestons vivement cette combinaison pigeonniers / captures en vue de gazage ou de stérilsiations. On fait l'un ou l'autre mais pas les deux. Ces méthodes ne sont PAS complémentaires, elles s'annulent tout simplement l'une l'autre


...


Nous souhaitons toutes et tous que le problème des pigeons se résolve à Troyes et ceci de manière éthique autant que DURABLE, permettez-moi de vous rappeler l'idée de la GARDERIE, très facile à mettre en oeuvre : Il suffit d'un local assez grand, de quelques palettes et de bonne volonté ! 


Les plus de 23.000 signataires de notre seconde pétition, sans oublier les 22.550 de la première (qui compte des Troyens informés) ne manqueront pas de se joindre à nous pour féliciter les élus de TROYES à l'annonce - je l'espère personnellement vivement - de l'abandon d'un tel projet".


 


Visiblement, l'appel n'a pas été entendu. Revoir le reportage consacré à la campagne de régulation des pigeons.


 


Parmi les solutions envisagées, l'association insiste sur le rôle essentiel d'un pigeonnier. Il permettrait, toujours selon l'association, de "réduire les nuisances et les naissances (les pigeons faisant principalement leurs fientes là où ils dorment, on pourra éliminer celles-ci très facilement ; ayant accès aux oeufs de ces oiseaux, on remplacera les 3/4 de ceux-ci par des leurres) ? Soulignant que les pigeons stérilisés continueront de fienter.... Résultat : aucune protection des animaux, aucune protection des monuments ! Avec les 15.000 euros dépensés pour une la "campagne de stérilisation", on aurait déjà pu construire 3 grand pigeonniers pouvant accueillir chacun 150 pigeons."