Décision rendue après l’agression d’un journaliste par le patron de Nigloland | Canal32

Décision rendue après l’agression d’un journaliste par le patron de Nigloland

Diffusion le 09/02/2017


Philippe Gélis, gérant et co-fondateur du parc d’attractions Nigloland à Dolancourt, devait répondre de "violences avec préméditation et dégradation légère". Le 16 août 2016, celui-ci était venu dans les locaux du quotidien l’Est-Éclair afin de faire retirer du moteur de recherche Google l’article intitulé : "Sécurité, la folle rumeur Nigloland". Cet article démentait une rumeur d’attentat au sein du parc aubois mais le titre de une a inquiété de nombreux visiteurs potentiels.

 

Suite à la parution de l'article, la fréquentation du parc a fortement baissé. Aujourd’hui, le tribunal a rendu sa décision et a reconnu le caractère prémédité de cette action (après des menaces par téléphone, Philippe Gélis s'était rendu, à Troyes, dans les locaux du quotidien départemental. Il s'en était alors pris au rédacteur en chef adjoint - chemise arrachée, ordinateur renversé...-).

 

L’auteur des faits a été condamné à près de 10 600 euros d’amendes, contraventions et sommes dues pour préjudices moral et physique. L’avocat de la défense, Maître Colomes, n’a pas souhaité s’exprimer au micro.




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur.