Patrick Henry saura vendredi s’il peut sortir de prison pour raisons de santé | Canal32

Patrick Henry saura vendredi s’il peut sortir de prison pour raisons de santé

  Publicité - Votre article ci-dessous
Logo Canal 32

Canal 32 - Patrick Henry saura vendredi s’il peut sortir de prison pour raisons de santé

Diffusion le 12/09/2017


Dans l’esprit de beaucoup de Troyens et d’Aubois, l’affaire « Patrick Henry – Philippe Bertrand » reste un évènement marquant. En janvier 1976, Patrick Henry (né à Troyes en 1963) avait enlevé puis assassiné, Philippe, un petit garçon de 7 ans. À l’issue d’un procès très médiatique en 1977, Patrick Henry (défendu entre autres par Maître Robert Badinter) avait échappé à la peine de mort. Il avait alors été condamné à perpétuité. Libéré en 2001 (libération conditionnelle), Patrick Henry, qualifié de « détenu modèle », était retourné derrière les barreaux après avoir été arrêté, en 2002, en Espagne avec près de 10 kilos de drogue.


 


Désormais âgé de 64 ans et atteint d’un cancer à un stade avancé, l’homme, hospitalisé dans une unité spéciale de la Pitié-Salpêtrière à Paris depuis le mois de mai, a récemment demandé une suspension de peine pour motif médical. Examinée ce mardi, à huis-clos, par le tribunal d’application des peines de Melun (77), la réponse à cette demande sera connue vendredi. L’avocat de Patrick Henry, Maître Hugo Lévy, se montre optimiste. Il a confié à l’AFP que « les modalités concrètes de sa sortie de détention semblent avoir été jugées satisfaisantes » par le parquet et l’administration pénitentiaire. "Les conditions relatives à son état de santé n'ont pas été discutées, le risque grave d'un renouvellement de l'infraction ne semble pas avoir été retenu » a précisé l’avocat. Toujours selon Maître Lévy, si vendredi le tribunal accède à la requête de Patrick Henry, la suspension de peine sera mise à exécution dès samedi.


 


Cette demande de libération est fondée sur le code de procédure pénale qui prévoit une suspension de peine pour les personnes "atteintes d’une pathologie engageant le pronostic vital". S’il est effectivement libéré, Patrick Henry sera, à sa sortie de prison, hébergé à Lille, par une amie d’une association carcérale. Il pourra ainsi se rendre au CHU lillois pour pouvoir suivre son traitement. Une précision : la loi prévoit la suspension de la mesure de libération si l’état de santé du condamné s’améliore.